apiculture apicole

BIENVENUS :
1 - VOUS ETES MEMBRE ENTRE.
2 - VOUS ETES VISITEUR VEUILLEZ INSCRIRE .
3 - AJOUTEZ LE BLOG A VOS FAVORITES CTRL +D .
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Statistiques
Nous avons 281 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Guy

Nos membres ont posté un total de 180 messages dans 156 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Lun 15 Mai - 14:38
Janvier 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

nombres de visiteurs
VISITEURS SUR LE BLOG
widgeo.net

Produire un peu de gelée royale pour la famille

Aller en bas

Produire un peu de gelée royale pour la famille

Message par Admin le Sam 13 Aoû - 19:58


Produire un peu de gelée royale pour la famille


par Gilles Fert
www.abeilles-selectionnees.com



Après quelques années
d'apiculture, on maîtrise suffisamment la production de miel et de
pollen afin d'envisager de franchir l'étape suivante. Pourquoi ne pas
produire un peu de gelée royale pour la famille ?








Le produit



La gelée royale est une substance fluide, de
couleur crème ivoire à blanche lorsqu'elle est fraîche, et de saveur
acide assez particulière. La gelée royale est une sécrétion des glandes
pharyngiennes, situées dans la tête des jeunes ouvrières. C'est la
nourriture de toutes les larves d'ouvrières jusqu'au troisième jour et
de la reine durant toute son existence. Sa composition en données
moyennes est la
suivante :




eau : 67%
protéines brutes : 12,5%
glucides : 11%
acides gras : 5%
vitamines : A,C,D,E,K, thiamine (B1), riboflavine (B2), panthotène (B5), ptérines, niacine, inositol, biotine, pyridoxine (B6)
cendres : 1%
indéterminés : 3,5%




Le PH de la gelée est de 3,8

La gelée royale est un aliment exceptionnel, qui fait l'objet de nombreuses recherches et de nombreuses interrogations.





Matériel nécessaire pour une ruche en production




une ruche fortement peuplée,
une grille à reine,
un cadre porte-barrettes,
deux barrettes garnies de cupules,
un "picking" (aiguille à greffer)
une cuillère de récolte, ou une pompe à gelée royale,
un filtre et des pots verre pour le conditionnement,
du nourrissement (pollen et sirop)
désinfectant et alcool à 70°





La ruche



Travaillez de préférence avec un seul corps de
ruche. La colonie a besoin de se sentir à l'étroit afin d'avoir un
comportement d'éleveuse. Vous devez maintenir la colonie dans un état de
pré-essaimage. Le modèle de ruche importe peu, les types Dadant 10-12
cadres. ou Langstroth 10 cadres conviennent très bien, mais le plus
important sera bien sûr la qualité des abeilles qui la peuplent.








La grille à reine



La reine ne doit pas passer dans le
compartiment dit "orphelin" là où sont placées les cellules à
gelée-royale. L'étanchéité est parfaitement assurée par une grille à
reine, de préférence métallique. La corpulence de la reine lui en
interdit le passage. Deux bandes de caoutchouc fixées aux extrémités de
la grille, viennent s'appliquer sur les parois de la ruche (photo 1). Ce
système, tout en interdisant le passage de la reine, permet également
de moduler le volume du compartiment d'élevage en fonction du
développement de la colonie. Dans le but de faciliter les manipulations,
retirez un cadre. Cet espace permet d'intercaler cette grille a reine
verticale.





Photo 1 : grille à reine





Les barrettes



Deux barrettes garnies de cupules sont fixées
sur un cadre. Espacée de 7 cm, elles peuvent être pivotantes sur ce
cadre ou démontable ce qui facilite le greffage (photo 2). Le nombre de
cupules et de barrettes dépend de la force de la colonie. Il faut
théoriquement 200 nourrices par cupule (les nourrices sont des ouvrières
âgées de 5 à 15 jours). On peut donc raisonnablement fixer une
cinquantaine de cupules par barrette, parfois plus si on travaille avec
une abeille sélectionnée. Ces cupules en plastique sont disponibles chez
les fournisseurs de matériel apicole. Mais il est tout à fait possible
de fabriquer soi-même des cupules en cire. Un gabarit en bois d'un
diamètre de 9 mm est trempé plusieurs fois dans de la cire chaude sur
une profondeur de 10 mm. Elles sont ensuite collées sur la barrette avec
de la cire. Inconvénient: contrairement au cupules en plastique, elles
finissent par se détériorer après plusieurs récoltes.






Photo 2 : cadres porte-barrettes





Le cadre porte-barrettes



Ce cadre correspond au format standard des
cadres utilisés dans votre rucher. Il suffit donc de prendre un cadre
vide que l'on aménage pour recevoir 2 ou 3 barrettes. Certains
producteurs de gelée utilisent un cadre équipé dans sa partie supérieur
d'un compartiment nourrisseur. En début ou en fin de saison, alors que
la température extérieure diminue, la proximité du nourrissement avec
les cupules permet aux abeilles de prendre en charge plus rapidement les
cellules.




Le "picking" ou aiguille à greffer



Plusieurs modèles de picking sont proposés par
les fournisseurs de matériel apicole. Le modèle dit "chinois" tout en
étant bon marché facilite le prélèvement et la déposition de la larve
avec son système de poussoir. Un pinceau ordinaire de taille double zéro
convient très bien. Le pinceau permet de prendre un peu de gelée royale
en même temps que la larve. Comme les apiculteurs aiment bien bricoler,
une simple plume d'oiseau aiguisée ou un éclat de bambou font également
l'affaire.
Vous pouvez aussi vous procurer contre quelques pots de miel un
excavateur usagé auprès de votre dentiste. Une fois affilé, il fait
fonction de picking.





Matériel de récolte



Le choix du matériel de récolte se fait entre la pompe et la cuillère.





















Pour les petites quantité de gelée-royale
produites, une simple spatule en plastique suffit. Les producteurs
asiatiques utilisent parfois une petite spatule en bambou, soigneusement
taillée pour épouser la forme de la cupule afin de récolter toute la
quantité de gelée en une seule opération (photo 3). Quel que soit le
type de cuillère choisie, il est important de désinfecter ce matériel à
l'alcool 70° avant l'utilisation.

Lorsque la quantité de production est plus
importante, vous pouvez utiliser une pompe spéciale gelée. Là aussi, on
en trouve dans le commerce. Mais on a la possibilité d'en bricoler une à
partir du compresseur d'un congélateur de réforme. Un bocal équipé d'un
filtre est placé entre le tuyau d'aspiration et la pompe. La gelée est
ainsi filtrée pendant de récolte. Tout ce matériel est soigneusement
désinfecté avant et après chaque récolte.

Le filtre conseillé est un tamis en nylon aux mailles fines
(400 trous/mm2), disponible chez les fournisseurs de matériel apicole.

Tout ce matériel doit être de qualité alimentaire.


Photo 3 : récolte manuelle à l'aide d'une spatule







Récipients de conditionnement




La gelée est un produit particulièrement fragile.
Elle est sensible à la température ainsi qu'à la lumière. En règle
générale, on ne la conserve pas plus d'une année. Pour ce qui est de la
lumière, on peut utiliser des pots en verre teinté, mais comme on doit
la conserver impérativement au réfrigérateur, ou dans des boîtes
isothermes pendant le transport, elle reste dans l'obscurité. La
température idéale est de 2 à 4 °C. Par conséquent, les pots en verre
contenant la gelée sont placés en haut et prés de la grille du
réfrigérateur. Ces récipients en verre sont stérilisés ou nettoyés à
l'alcool 70° avant d'y mettre la gelée, car la moindre impureté peut
engendrer une fermentation. Afin d'améliorer la conservation, certains
producteurs ajoutent en surface de la vitamine D. Cette astuce ne peut
s'appliquer que pour la gelée destinée à votre propre consommation, car à
la vente, elle doit impérativement rester pure.

Le nourrissement




Prévoyez éventuellement un apport de sirop et de pâte de pollen pendant les périodes de disette.

Le sirop est là pour simuler une miellée et
augmenter le taux d'humidité dans la ruche. Sa concentration est au
maximum de 50% en miel ou en sucre. En période plus favorable, le
rapport eau-miel ou eau-sucre peut être moins élevé, environ 30 % de
miel ou sucre. Attention à l'origine du miel, car il peut être vecteur
de maladies comme la loque. Afin d'éviter le pillage, distribuez-le en
fin de journée.

La pâte de pollen dite également pâte protéinée
permet aux nourrices productrices de gelée de ne pas manquer de
nourriture indispensable pour la sécrétion de gelée. Préparez la pâte à
partir de pollen de printemps riche en éléments qui favorisent
l'élevage. Le pollen de colza donne d'excellents résultats. En attendant
la période de production de gelée, vous pouvez conserver ce pollen
frais au congélateur. Le pollen sec est déconseillé, le séchage
éliminant une partie des propriétés.



Préparation :










Les pelotes de pollen sont dissoutes dans un
peu d'eau. Ensuite, le liant est fait à partir de miel que l'on verse
tout en remuant le mélange jusqu'à l'obtention d'une pâte suffisamment
compacte. La consistance se rapprochant de celle de la pâte à pain.

Placez 200 g de ce mélange sous forme de
galette, le plus prés possible du couvain, c'est à dire sur les cadres
(photo 4). Les abeilles consomment cette pâte plus ou moins vite suivant
les races, les besoins et les apports extérieurs de pollen.





Photo 4 : pâte de pollen sur les cadres







Les abeilles




Bien qu'il soit tout à fait possible de produire de la gelée avec l'abeille locale dite abeille noire
(Apis mellifera mellifera), la plupart des producteurs
professionnels utilisent une race ou un croisement sélectionné et adapté
à cette récolte très particulière. Ce sont généralement des colonies
consacrées à la production de gelée. Elles sont très performantes, mais
ont l'inconvénient d'hiverner difficilement, et d'être plus sensibles
aux maladies. L'abeille la plus performante est une italienne (apis
mellifera ligustica) sélectionnée depuis une trentaine d'année par nos
collègues
Taiwanais, à partir de souches venant de Nouvelle-Zélande et
d'Australie.

Si vous travaillez avec la "noire", les acceptations seront un peu
moins nombreuses, la quantité de gelée par cupule moins importante, mais
surtout, les manipulations seront plus difficiles en raison de
l'agressivité reconnue de cette abeille. Par contre votre récolte de
miel et de pollen ne sera pas compromise par cette nouvelle production,
bien au contraire, les nourrissements stimulants répétés maintiennent
une population importante. Il faut cependant surveiller un éventuel
essaimage, en détruisant les cellules naturelles du compartiment où se
trouve la reine. Pendant la miellée, vous pouvez placer une hausse sur
la ruche à gelée. Prenez soin d'intercaler une grille à reine afin que
la reine ne passe pas dans le compartiment A. De plus, le nourrissement
est momentanément arrêté en présence de la hausse.


Le principe




Toute colonie privée de sa reine pour une
raison ou une autre, démarre un élevage royal. A partir de ce
comportement, on a effectivement la possibilité d'orpheliner une ruche
et, 3 ou 4 jours après, de récolter la gelée des quelques cellules
royales naturelles. On réintroduit ensuite la reine en prenant toutes
les précautions d'usage.
La méthode décrite maintenant permet une production en continue et
plus rationnelle, sans avoir à rechercher systématiquement la reine.
Vous allez provoquer un élevage de reines, et l'interrompre trois jours
après pour récolter la gelée au moment ou elle est la plus abondante et
de bonne qualité.


La méthode




L'objectif est de faire déposer par les
nourrices la gelée royale dans des amorces de cellules royales. Dans la
mesure où ces abeilles se sentent bien orphelines, et qu'elles ont à
leur disposition du pollen, les jeunes ouvrières âgées de 5 à 15 jours
environ sécrètent de la gelée royale, et alimentent les larves de reines
qui se trouvent dans les cupules.


Préparation de la ruche




Divisez le corps de ruche en deux parties, en
intercalant la grille à reine à la place d'un cadre
(schéma 1). Le compartiment orphelin A pouvant avoir un volume de 3 ou
4 cadres. Les cadres de couvain du compartiment B restent groupés vers
la grille a reine Gr. Côté orphelin A, placez près de la grille à
reine, un cadre de couvain ouvert. Ces jeunes larves attirent les
nourrices dans ce compartiment où vous placerez les cupules. En seconde
position, laissez un espace destiné à recevoir le cadre de cupules.
Placez en troisième position un cadre de pollen. Suivant l'abondance de
la miellée, introduisez ou non un cadre de cire gaufrée ou bâtis en
dernière position, mais vous pouvez aussi laisser cet espace libre en
période d'absence de miellée, cela facilite vos manipulations (schéma
2).




24 h. après le peuplement du compartiment A,
votre colonie est prête à recevoir le cadre de cupules greffées, les
abeilles se sentent bien orphelines.


Rappel !




Cette colonie doit impérativement être
surpeuplée. En début de saison, si la population fait défaut, vous
pouvez la renforcer en introduisant tous les 4 jours, un cadre de
couvain naissant prélevé dans des ruches suffisamment fortes.


Schéma
n°1

Schéma
n°2


Familiarisation




Avant la première utilisation du matériel tel
que les cupules (plastique ou cire), les abeilles doivent nettoyer et
éliminer les odeurs artificielles et étrangères à la ruche. Pour cela,
confiez ce cadre porte barrettes garnis de ses cupules à une population
quelconque durant une journée. Vous pouvez accélérer cette
familiarisation en arrosant de sirop le cadre et ne le laisser dans la
ruche que 2 à 3 h. Il n'est pas nécessaire de répéter cette opération
entre chaque récolte, par contre, pour la première mise en route en
début de saison, pratiquez la familiarisation même avec du matériel
ayant déjà servi.


Greffage ou transfert des larves




C'est l'opération qui consiste à déposer une
petite larve d'ouvrière dans chaque cupule. Si pour greffer quelques
barrettes, la recherche d'un cadre de jeune couvain est rapide et
envisageable, pour garnir plus d'une dizaine de barrettes, vous devez
préparer des cadres à cet effet. Les producteurs professionnels
consacrent beaucoup de temps a la préparation de tels cadres, mais sont
récompensés de leur travail en greffant beaucoup plus vite à partir de
ces cadres bien garnis de jeunes larves.




Cadre de jeunes larves






























Choisissez un cadre bâtis
vide, de préférence de cire teintée
(qui a eu plusieurs cycles de couvain). Vous
distinguerez mieux les larves blanches au fond des cellules de cire
foncée.
Si ce cadre a séjourné à l'atelier, confiez-le quelques heures à une colonie afin que les abeilles le "familiarisent".
Emprisonnez une jeune reine sur ce cadre en l'isolant entre deux grilles à reine
Placez le cadre au centre du nid à couvain.
4 à 5 jours après, le cadre bien garnis de jeunes larves vous permet un greffage rapide avec les larves d'âge précis.
Nourrissez légèrement la
veille du greffage, vous distinguerez plus facilement les larves
surnageant alors à la surface d'une gelée plus diluée et brillante.
En période de forte
miellée, les abeilles emmagasinent trop de nectar sur ce cadre mis à
leur disposition, et la reine n'y pond pas. Afin d'éviter ce blocage de
ponte, adoptez l'autre méthode qui consiste à emprisonnez la reine avec
une vingtaine d'ouvrières sous une portion de grillage N°7 d'une
dimension de 20x20cm environ. Vous disposerez de 500 à 700 larves 4 à 5
jours après. (photo 5)






Une fois en possession de ce cadre de jeunes larves,
placez le sur un support incliné afin d'avoir les deux mains libres. Une
lampe froide et orientable éclaire le cadre. La barrette dans une main et
le picking dans l'autre, le transfert des larves peut commencer (photo 6).

Placez une petite goutte d'un mélange eau-gelée royale (2/3 d'eau
minérale pour 1/3 de gelée fraîche) dans chaque cupule. Ceci évite le
dessèchement de la larve et facilite son détachement du picking.
Contrôlez l'excès de mélange en retournant et secouant légèrement les
barrettes avant de déposer la première larve.


Le greffage s'effectue de préférence à l'abri du soleil, dans une
atmosphère humide
(60% minimum) afin d'éviter le dessèchement des larves. Désinfectez
votre outil de greffage avant et après chaque journée de travail.



Photo 5 : production des jeunes larves








Avec un peu de pratique, vous atteindrez très vite le rythme de 400 à
500 larves/h. Sachez qu'en Asie, les apiculteurs spécialisés greffent à
la cadence de 1500 larves/h.








Si vous greffez dans le
rucher, le port du voile vous empêchera de bien voir les larves, et les
abeilles pillardes viendrons très vite vous importuner.

Installez-vous dans votre véhicule.
Vous pouvez utiliser une lampe frontale branchée sur la batterie. Le
cadre repose sur une planchette fixée sur le volant.






Photo 6 : larve de 48 h. sur le pinceau





Introduction du cadre de cupules



Une fois les cupules garnies de larves,
introduisez rapidement votre cadre porte barrette dans le compartiment
orphelin A. Si vous ne greffez pas à proximité de la ruche productrice
de gelée, transportez les barrettes de cupules (les larves vers le
haut), dans une boite recouverte d'un tissus humide afin d'éviter le
dessèchement. Si vous avez placé une goutte de mélange eau-gelée dans
chaque cupule avant le greffage, vous disposez d'environ une demi-heure
avant de confier le tout aux abeilles. Mais plus tôt elles seront
introduites, meilleur sera le résultat. Enfin, n'oubliez pas le
nourrissement liquide
(1/4 de litre en fonction des apports extérieurs de nectar). Pendant
les trois jours qui suivent, les nourrices vont sécréter et déposer la
gelée dans les cupules acceptées à raison de 0,3g à 0,4g environ par
cupule. Le taux d'acceptation ainsi que la quantité de gelée par cupule
peuvent diminuer en période de forte miellée.

Si les conditions climatiques sont défavorables, répétez le
nourrissement chaque jour. Si les réserves de pollen font défaut,
récupérez des cadres bien garnis dans d'autre ruches ou compensez en
nourrissant avec une pâte protéinée
(voir chapitre nourrissement).

Trois jours plus tard, l'heure de la récolte est arrivée. Le taux
d'acceptation varie de 40% à 95 % en fonction de la période de
production et de l'expérience de l'apiculteur. Une fois votre cadre
prélevé, vous pouvez introduire directement une autre série de cupules
préalablement greffées, ou bien récolter vos cupules et greffer les
mêmes dans la foulée, sans les nettoyer. Les traces de gelée restantes
assurent l'amorce de ce nouveau greffage. Déposez dans les cupules non
acceptées une petite goutte de gelée fraîche, après avoir éliminé le
bourrelet de cire situé à l'entrée de la cupule.

Conseil !



L'éleveur de reines attache beaucoup
d'importance à la qualité des reines produites. Pour ce faire, il
choisi des larves les plus jeunes possibles.
Pour produire la gelée, vous allez sacrifier les larves trois jours
après le greffage Par conséquent, utilisez des larves un peu plus
grosses, âgées de 48h environ. (photo 7). La quantité et la qualité de
la gelée n'en seront pas affectées, et votre greffage sera plus beaucoup
plus rapide.





Photo 7 : greffage à l'aide d'une lampe frontale.
La récolte



Adaptez votre matériel de récolte en fonction
de la quantité de barrette à récolter. Au delà d'une dizaine de ruches
en production, vous pouvez utiliser une pompe, type, machine à traire
(photo Cool. Un filtre est placé entre le tuyau aspirant et le bocal
récepteur. Les bons bricoleurs adaptent un compresseur de congélateur
réformé.
Les petites quantités peuvent être récoltées à l'aide d'une spatule en
verre ou en inox.





Photo 8 : pompe à gelée royale






Déroulement :

coupez à l'aide d'un cutter l'amorce de cire
que les abeilles ont construites autour des cupules acceptées, cette
opération est appelé le "décalottage",

enlevez les larves à l'aide d'une sonde à
pointe fine ou d'une pince à épiler, afin d'éviter de retirer trop de
gelée. (En Asie, ces larves sont utilisées dans la restauration),

évitez de percer la larve, le jus mélangé à la gelée peut par la suite entraîner la fermentation,
récolter à l'aide de la spatule ou de l'embout du tuyau aspirateur relié à la pompe,
filtrez à l'issue de chaque récolte,
entreposez votre gelée rapidement au frais, et à l'abris de la lumière,
respectez une hygiène parfaite au cours de ces opérations qui s'effectuent dans un local propre.








Astuce

Vous pouvez laver les larves à l'eau minérale afin de récupérer
le peu de gelée-royale. Cette solution vous servira pour amorcer vos
cupules avant le greffage.





Filtrage



Après avoir récolté à la spatule, vous devez
filtrer manuellement à partir d'un bocal garni d'un plastique
alimentaire et d'un tamis en nylon (photo 9). Pincez l'extrémité du sac
plastique dans lequel se trouve le tamis avec la gelée à filtrer. Tirez
doucement sur le tamis tout en maintenant l'entrée de la poche plastique
bien serrée. Le tamis aux mailles fines retient toutes les particules
de cire. En vue de la commercialisation, répartissez votre gelée dans
des récipients en verre, stérilisés ou nettoyés à l'alcool. Afin de
conserver toutes les propriétés de votre gelée, elle ne doit pas faire
l'objet d'un traitement par congélation ou lyophilisation.





Photo 9 : filtrage manuel de la gelée






Réintroduction d'une nouvelle série



Si vous souhaitez produire plusieurs fois à
partir de la même ruche, l'opération du renouvellement du cadre de
couvain est indispensable.

Tous les 6 jours soit toutes les deux récoltes, choisissez un cadre de
couvain ouvert (couvain de plus de 5 jours environ) dans le
compartiment B, là où se trouve la reine. Après avoir isolé la reine,
permutez ce cadre avec celui du compartiment A, devenu operculé et trop
âgé pour jouer son rôle attractif de nourrices. Si vous ne trouvez pas
la reine, secouez ce cadre au dessus du compartiment B afin de ne pas
l'introduire en A. Certains producteurs effectuent cette rotation de
couvain tous les trois jours.

Calendrier récapitulatif




J - 14
Sélection de la colonie productrice. Stimulation et renforcement en couvain (minimum 5 cadres)
J - 1
Peuplement du compartiment orphelin A
Jour J
Transfert des larves (greffage)
J + 1
Nourrissement si besoin
J + 2
Nourrissement si besoin
J + 3
Récolte de la gelée. Introduction d'une nouvelle série de cupules greffées. Possibilité de changer le cadre de couvain.
J + 6
Récolte, changement du cadre de couvain et introduction du nouveau greffage.





Identifier la gelée royale



C'est chose faite grâce au logo créé par le
Groupement des Producteurs de Gelée Royale (G.P.G.R.). Cinq années de
travail avec l'A.F.S.S.A. et les Services de la Répression des Fraudes
ont ainsi permis de différencier de façon certaine notre production
nationale de toutes les gelées royales importées. Aujourd'hui, une
charte de qualité, visualisée par le logo, permet de démarquer la gelée
royale produite par les membres du G.P.G.R.










Derniers conseils



respectez une hygiène parfaite,
tenez un calendrier rigoureux,
consacrez le temps nécessaire à la préparation des cadres de larves destinées au greffage,
maintenez la colonie en état de pré-essaimage afin de favoriser la production,
nourrissez en période de disette (si possible avec du miel de votre production afin d'éviter les problèmes sanitaires),
choisissez la ou les ruches du rucher les plus adaptées à cette production,
limitez le temps d'ouverture de la ruche, afin de perturber le moins possible les abeilles,
produisez si possible pendant la période
d'essaimage naturelle. Les conditions idéales sont une légère miellée
accompagnée d'apports de pollen abondants,

préservez la chaîne du froid de la gelée royale jusqu'à la consommation.

Le saviez-vous ?



Les vertus reconnues de la gelée :

régénère les cellules et les tissus,
normalise la tension artérielle,
production de globules rouges et synthèse de l'hémoglobine,
revitalisant général.



Conseils d'utilisation :



La gelée royale est généralement consommée
pure. La doses journalières préconisées pour les adultes est d'
1 g. placée sous la langue le matin à jeun. Des cures d'une durée de
20 jours peuvent être faites au printemps et à l'automne. Vous pouvez
également la consommer en mélange avec du miel, à raison de 3%.




Production :

Chine, 1800 tonnes/an
Taiwan, 350 tonnes/an
France, quelques centaines de Kg.



Importations :

Japon , 400 tonnes,
Italie, 800 tonnes,
France, non chiffrées, probablement plusieurs dizaine de tonnes.
(marché difficile à cerner, puisque la gelée d'importation n'est pas différenciée du miel à l'enregistrement en douane).


Pour en savoir plus


"Les bienfaits de la gelée royale" Antonio COSTA, in Biocontact Mars 2000.
"La production de gelée royale" Gilles
FERT
, in Bulletin Technique Apicole 1999

" La Gelée royale" Dr. Donadieu Librairie Maloine, 75006 Paris. 1993
" Créer son rucher" Henri CLEMENT éditions rustica 1999
Groupement des producteurs de Gelée royale : Actipole
Agriculture - 5 Rue Herman Frenkel - 69364 Lyon Cedex 07 - France
Tél. : +33 0(4).72.72.49.29

www.apitherapy.org

Admin
Admin

Messages : 143
Date d'inscription : 27/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://apic.roll.tv

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum