apiculture apicole

BIENVENUS :
1 - VOUS ETES MEMBRE ENTRE.
2 - VOUS ETES VISITEUR VEUILLEZ INSCRIRE .
3 - AJOUTEZ LE BLOG A VOS FAVORITES CTRL +D .
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Statistiques
Nous avons 281 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Guy

Nos membres ont posté un total de 180 messages dans 156 sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Lun 15 Mai - 14:38
Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier

nombres de visiteurs
VISITEURS SUR LE BLOG
widgeo.net

Nourrissement et mise en hivernage

Aller en bas

Nourrissement et mise en hivernage

Message par Admin le Sam 13 Aoû - 13:35

Le pas à pas
Nourrissement et mise en hivernage


par Jean-Maurice Cantin





En
cette fin d’été, ne croyez pas que les abeilles soient au repos. Elles préparent
l’hivernage. Pour argumenter mon propos, je vous livre ces deux phrases tirées
du Traité de biologie de l’abeille : « La colonie surmonte les difficultés de
l’hivernage en formant en automne une génération [d’abeilles] à longue vie,
dotée de réserves corporelles, capable de durer un hiver et d’élever la première
génération du printemps. » (A. Maurizio, Traité de biologie de l’abeille, tome
1, page 129). Ces réserves sont faites dans les corps adipeux. « Le bon
développement des corps adipeux d’hiver est sous la dépendance direct du pollen.
» (R. Chauvin, Traité de biologie de l’abeille, tome 1, page 373). Nos colonies,
pour préparer l’hivernage, tirent les ressources que sont le nectar et le pollen
de l’environnement des ruches. Cet environnement peut être momentanément pauvre
en ressources du fait des herbicides (destruction des adventices) ou des aléas
climatiques (sécheresse, pluie ininterrompue). C’est à l’apiculteur de compenser
ces manques. Un nourrissement spéculatif de fin d’été permet d’obtenir une
population importante d’hiver. Un nourrissement de complément d’automne assure
de finir de constituer les provisions.

Le nourrissement spéculatif contient une forte proportion d’eau. Comme le
nectar, il stimule la ponte. Il ne doit pas être stocké par les abeilles. Il est
donc distribué en petite quantité et consommé dans les huit à douze heures. La
matière sèche du nourrissement spéculatif peut être composée de sucres et de
protéines. Le nourrissement de complément contient une moindre proportion d’eau.
Comme le miel, il doit constituer les provisions et être stocké par les
abeilles. Il est distribué en quantité importante de façon à obtenir les 15 à 18
kg de provisions d’hivernage. La matière sèche du nourrissement de complément
est uniquement composée de sucres. Les compléments protéinés et vitaminés sont
en vente chez les fournisseurs pour l’apiculture. Ils sont prêts à l’emploi ou
se mélangent aux différents sirops. Les quantités, qualités et périodes des
nourrissements sont laissées à l’appréciation de l’apiculteur. Celui-ci évaluera
avec art les besoins de ses colonies en fonction de ses connaissances des
ressources naturelles et du climat de sa région. De bonnes connaissances
techniques sont très utiles, mais elles doivent être soutenues et complétées par
l’observation et l’expérience ; c’est là que réside une bonne partie du plaisir
de l’apiculture.


Etape
1


Le sirop dénommé 1/1 ou 50/50 est fabriqué dans la proportion de 1 kg de matière
sèche pour 1 kg d’eau (1 litre). Vous le fabriquez en faisant dissoudre du sucre
de canne ou de betterave (que vous trouvez au rayon épicerie) dans de l’eau ou
bien en diluant un sirop 75/25 (que vous trouverez chez votre fournisseur
apicole). A 1 kg de sirop 75/25 contenant 0,75 kg de sucres et 0,25 kg d’eau,
vous ajoutez 0,5 kg d’eau (1/2 litre), vous obtenez un sirop composé de 0,75 kg
de sucres et de 0,75 kg d’eau, soit une proportion de 1/1. La différence entre
ces deux sirops est que celui fait avec du sucre de canne ou de betterave, le
saccharose, doit être « digéré » par les abeilles, alors que celui fait avec le
sirop de chez votre fournisseur apicole contient différents sucres dont certains
sont « prédigérés ». Le sirop 1/1 est utilisé en nourrissement spéculatif. Il
est distribué au seau, à l’arrosoir ou avec une citerne et une pompe.



Nourrissement liquide


Etape
2


Le sirop dénommé 2/1 ou 66/34 est fabriqué comme le sirop 1/1 mais avec
des proportions différentes. Il est utilisé comme nourrissement de complément
s’il ne contient que du sucre et de l’eau et est distribué en quantité
importante, ou comme nourrissement spéculatif s’il contient des protéines et est
distribué en petite quantité dans le nourrisseur.




Nourrissement
protéiné dans le nourrisseur / Abeilles consommant le nourrissement protéiné
(notez la quantité)


Etape
3

Le sirop dénommé 3/1 ou 75/25 est fabriqué avec du sucre de canne ou de
betterave et de l’eau soit acheté sous ces proportions chez les fournisseurs
apicoles. Ils sont distribués comme les autres sirops, mais la grande viscosité
de ces produits en rend la distribution moins facile, sauf si celle-ci est
diminuée en augmentant la température du produit. Ils sont utilisés en
nourrissement de complément et distribués en grande quantité.



Etape
4

Le candi dénommé 9/1 ou 90/10 contient 90 % de matière sèche. Il permet la
survie en hiver quand le nourrissement de complément n’a pas pu être fait à
temps. La matière sèche est composée de sucres ou d’un mélange sucres et miel.
Il est fabriqué par les apiculteurs ou acheté chez les fournisseurs habituels.
Suivant sa présentation, il peut être découpé au couteau ou à la spatule. Il est
disposé directement sur le dessus des cadres en périodes froides, les abeilles y
ont directement accès sans défaire la grappe. Le pain de candi est souvent
enveloppé dans un emballage en plastique, celui-ci est utilisé pour le couvrir
et éviter son dessèchement par temps froid et sec.




Candi, découpage au couteau / Candi disposé
sur les cadres


A
ne pas oublier !


Un traitement varroase et un nourrissement spéculatif protéiné se
complètent en fin d’été. Réduire les entrées des ruches si vous nourrissez avec
du saccharose ou avec du miel ; ils provoquent le pillage, surtout si certaines
colonies ont peu de population pour se défendre.



Pose d’un réducteur d’entrée


A
ne pas faire !


Poursuivre un nourrissement spéculatif trop tard en arrière-saison.

<blockquote>
Jean-Maurice Cantin

</blockquote>

Admin
Admin

Messages : 143
Date d'inscription : 27/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://apic.roll.tv

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum